Un soir d’insomnie

Je l’avais rencontré sur internet et jusqu’à présent je ne pensais pas le rencontrer en vrai…

(Avant toute chose je précise que ce texte est entièrement au présent et je sais que ça ne plaira pas à tout le monde mais c’est un choix car je trouve que ça rend l’histoire plus vivante. Et aussi je vous épargne sûrement une mauvaise concordance des temps. J’ajoute également qu’un partie de cette histoire est vraie.)

Un soir d’insomnie Comme depuis quelques temps, les insomnies s’enchaînent. Et plus ça va, plus je me couche tard, me lève tard et me couche encore plus tard. Le cercle vicieux en quelques sortes et voilà que maintenant je veille jusqu’à 5h00 du mat’. Heureusement je suis en vacance ce n’est pas gênant mais il faut avouer qu’à cette heure ci on se sent un peu seule : Mes amies dorment et quant au programme télé, il laisse à désirer.

Bizarrement ce soir je suis d’humeur un peu coquine et dans un ennui terrible je me dis : « Pourquoi ne pas aller sur un tchat ? ». Ce n’est pas trop mon style mais après tout ça ne peut pas être pire que d’attendre le sommeil qui ne vient pas.
Je m’inscris et bien-sûr, les premiers hommes à me parler sont pervers. Aucune politesse, classe ou quoi que ce soit, au lieu de ça j’ai le droit à des « Tu te montres ? », « T’aimes la bite ? » etc…
Après quelques messages refusés, un jeune homme me propose un petit scénario. On discute un peu, on se présente. Il s’appelle François, 20 ans, 1m75, 67kg, brun, yeux noisette plutôt charmant. Je lui dis alors que je m’appelle Sophie 19 ans, 1m60, 44kg, brune, cheveux longs, yeux marrons foncés et métisse.
Les présentations sont faites et rien qu’à sa description je me fais déjà une agréable idée. On se rejoint sur MSN (parce que plus pratique) et on échange quelques photos. Il est comme j’aime avec surtout de belles épaules bien musclées, le rêve. Et apparemment, je ne lui déplais pas non plus ! Tant mieux, le scénario peut donc commencer.

Dans le scénario que nous faisons, il est un cambrioleur. Il a repéré ma maison et sait que mes parents et moi devons partir en vacances mais malheureusement je ne peux pas partir car je dois rattraper un examen et je reste seule dans cette grande maison vide. Comme dans la réalité, je ne dors pas mais à cause de la chaleur de l’été. Attendant le sommeil dans mon lit, nue sous ma petite nuisette, il s’introduit chez moi.
J’ai l’impression d’entendre quelque chose mais bon, habitant dans une « ancienne » maison, il y a souvent des petits bruits donc pas de quoi s’inquiéter. Je me lève pour aller boire un coup et cet inconnu prend conscience qu’il n’est pas seul. Il me voit, moi cette jeune fille à moitié nue passant à quelques mètres de lui tapit dans le noir qui ne bouge plus. C’est alors que lui vient une autre idée. Pourquoi cambrioler une maison lorsqu’on peut avoir encore mieux ? Là au milieu de nul part, personne ne pourrait entendre une jeune femme se débattre. Je me redirige vers ma chambre quand soudain quelqu’un me plaque au sol une main sur la bouche : « Ne fais pas un bruit et tout se passera bien. ». Je me débat mais rien à faire, je ne peux pas lutter contre cet intrus. Il m’attrape par les cheveux et me reconduit à ma chambre avant de me jeter violemment sur le lit.

Je vous passe la suite même si personnellement elle m’a beaucoup plu et à lui aussi. C’était vraiment un fantasme, le fantasme d’être dominée, plus maître de son corps et dirigée comme un jouet.
Bref, après ce petit scénario on se plaît encore plus ! Les jours passent et quelques fois on refait de nouveaux scénarios plus ou moins soft mais on apprend aussi à se connaître réellement. On parle de tout et de rien et même si il n’est pas question d’amour entre lui et moi, une vraie complicité s’est installée. Au fil du temps on échange nos numéros et même nos adresses.
Pendant les vacances de l’été suivant je lui envoie une carte postale en prenant soin de lui envoyer une petite photo de moi en maillot de bain. Il m’appelle souvent et à chaque fois je suis heureuse d’entendre sa voix. Voilà un an qu’on se connait sans s’être vu et j’avoue que ça en devient une obsession surtout qu’il est en vacances à une centaine de kilomètre de chez moi seulement. J’aurais voulu le voir mais il va bientôt rentrer chez lui et moi lorsque je rentrerai chez moi on sera de nouveau à 500 km de distance…

Voilà, de retour à la maison seule car mes parents rentrent une semaine plus tard et dans mon lit, au soir, je repense à notre premier scénario. D’ailleurs tous les deux on y repense souvent tant il nous a marqué !
Je n’ai pas eu de nouvelles de François aujourd’hui et la fatigue m’emmène. Il faut dire qu’après 4h00 de route il y a de quoi.

« Reste sage chérie et tout se passera bien. »
Oh mais qu’est ce qui se passe ? Je rêve ça y est ?
Je me relève en sursaut et non je ne rêve pas. C’est bien lui là entré je ne sais comment, dans ma maison, dans ma chambre ! Je veux des explications, je veux lui sauter au cou mais il me dit de me taire. Apparemment Monsieur veut rejouer notre petit scénario préféré qui nous a tant fait rêver !
Il enlève la couette qui me couvre et regarde mon corps un instant avant de passer délicatement sa main sur mes jambes. Malgré son semblant de domination je sens qu’il est doux, plus délicat que le cambrioleur de mes rêves et tant mieux ! Il passe sa main à l’intérieur de ma cuisse et remonte doucement entre mes jambes.
J’en ai des frissons. J’ai chaud, j’ai froid, j’appréhende aussi me demandant comment les choses vont se passer mais j’ai à peine le temps de me poser une autre question que ses doigts passent sous mon string et caressent doucement ma petite fente déjà toute chaude.
« Déshabille toi », me dit-il. Je m’exécute comme la petite chienne de ses fantasmes. C’est comme ça qu’il aimait m’appeler lorsqu’il songeait à me dominer. D’ailleurs j’y ai droit avec son « Tu sais que tu es parfaite ma petite chienne. ». Il se déshabille aussi et se glisse dans mon lit. Il me colle à lui en prenant soin de toucher fermement mes fesses et d’appuyer ma chatte sur son sexe déjà dur.
Je soupire de plaisir et l’embrasse passionnément. Nos gestes deviennent plus sensuels et je sens qu’il abandonne son rôle de dominateur. Peut-être le reprendra-t-il plus tard mais pour l’instant, pour cette première fois je crois que lui comme moi voulons que ça soit parfait et doux pour chacun de nous.
La sensation de sa peau contre la mienne est divine et excitante. Je ne peux m’empêcher de faire de petits va et vient avec mon bassin pour exercer une pression entre nos sexes criant de plaisir.

Doucement il descend sa main, commence à me doigter délicatement et je peine à retenir mes gémissements.
A mon tour je m’occupe de lui en le branlant mais j’ai envie de lui faire encore plus plaisir…
Je me mets au dessus de lui et commence à l’embrasser dans le cou, sur le torse puis j’arrive à son sexe que je prends dans ma bouche avec plaisir. Commence alors une longue série de va-et-vient. Je joue avec ma langue sur son gland et sa main se pose sur ma tête pour me faire comprendre de le sucer plus profondément.
Je sens son bassin s’avancer à chaque mouvement et au fur et à mesure que les minutes passent, le rythme s’accélère et il finit par littéralement me baiser la bouche. Je sais qu’il aime et mon plaisir s’accroit de plus en plus. Ma chatte devient trempée et à mon tour j’ai besoin qu’on s’occupe de moi.
Je me redresse et me repose à coté de lui et sans avoir besoin de dire quoi que ce soit il se précipite entre mes jambes avec envie et entame de vigoureux coups de langue sur mon clito. Ses doigts se font précis, il sait ce qu’il me rend folle. Mon bel étalon dirige un doigt vers mon anus en continuant de me lécher passionnément et en moins de temps qu’il faut pour le dire, j’ai un orgasme.
Il remonte à coté de moi et me prend dans ses bras musclés le temps que je me remette de mes émotions.
Arrive enfin le moment que j’attendais temps…
Il me fait comprendre qu’il faut que je me mette au dessus de lui et sans se faire prier, ma chatte avale son sexe. Je laisse échapper un petit « Aïe » car il faut dire que François est bien monté, très bien même !
Il met ses mains sur mes hanches et prend les choses en main en me baisant sauvagement.
J’ai un peu mal à certains moments mais j’aime ça. Sa domination m’excite encore plus et étant seuls chez moi je ne retiens pas mes gémissements qui se transforment en cris. Il ne va pas tenir longtemps après tout ce temps et ses gestes s’accélèrent. Tantôt il me tire les cheveux, tantôt il me touche les seins ou m’attrape les hanches en prenant soin de me mettre de forts coups de reins pour me faire crier plus fort.
Je sens son sexe gonfler et se contracter, il jouit ! Sa bite est au plus profond de moi et j’ai un second orgasme en même temps que lui.
Je prends un mouchoir pour m’essuyer un peu et me blottis dans ses bras avant de m’endormir sous ses baisés.

Proposée par Lovely

2 réflexions au sujet de « Un soir d’insomnie »

Laisser un commentaire